Culture et loisirs au fil des ans.

Publié le par Jack GONET

En 1907, les méruviens n’avaient ni la télévision ni autres réseaux sociaux à la mode, pas de téléphone et pas de radio, la voie orale était le seul moyen de communiquer. Ceux qui avaient du travail faisaient de grandes journées, plus, souvent un petit coin de jardin à cultiver pour améliorer l’ordinaire. Les salaires étaient ce qu’ils étaient, maigres et les loisirs autres que maintenant. Les « bistrots » qui s’étaient établis près des fabriques étaient non seulement là pour se « rincer le gosier », mais aussi un lieu de rencontre très convivial. Seuls moments de loisirs, pour le dimanche : deux guinguettes : au bois de Méru ( maintenant bois de Boulaines, bois aux corneilles, autrefois ) Les Bosquets au Moulin rose établissement d’été tenu par M. Dalzat, et sur la route de Villeneuve au bois Lapin un autre établissement champêtre tenu par M.Swietlinsky, moins fréquenté que le Moulin rose ou l’on dansait au son d’un accordéon et d’un banjo, on jouait aussi aux boules, et autres jeux de plein- air, aux cartes et aux dominos fabriqués à Méru

Moulin Rose

Moulin Rose

Des fêtes corporatives notamment, le 27 mai la saint Hildevert, patron des tabletiers et des boutonniers qui eut une église consacrée à Gournay en Bray. Ce jour là le travail était suspendu, les ateliers nettoyés, la cérémonie commençait par une messe, saint oblige, les patrons offraient le pain béni, couronnes de brioches entourées de fleurs et de rubans, le clergé allait chercher le cadeau patronal en cortège avec la fanfare en tête, la messe dite la fête devenait laïque, quoique le curé en soutane se rendait à la fête, tous vers la salle de réunion ou gâteaux et flans attendaient les participants. Les secousses politiques de la fin du XIXème siècle ont anéanti ces réjouissances corporatives. Les bouchers charcutiers avait aussi leur fête, le Vendredi Saint, leurs boutiques étaient fermées , mais décorées des plus belles pièces de viande et chez les charcutiers des scènes en saindoux bine jolies à regarder. Pendant ce jour ces artisans faisaient bombance ensemble, avec de la viande au repas ?

St Hildevert

St Hildevert

Il y avait aussi des salles de bal, bien modestes pour certaines ou se tenait aussi des réunions et des conférences.

D’autres fêtes ont eut lieu à Méru, traditionnellement la fête de Méru le premier dimanche de juillet, et les fêtes du Parc de la ville, la première après la dernière guerre, cette manifestation organisée par la municipalité avec la complicité des associations locales, des enfants des écoles et d’artisans électriciens qui avait la tache de chacun illuminer chacun une des allées du Parc, ce qui eut pour effet une fête de nuit puis une ouverture du parc illuminé le soir pendant les mois d’été, très belle réussite.

Et puis, la télévision est arrivée, une chaîne, en noir et blanc, oui mais avec des programmes de qualité, cinq colonnes à la une, puis au théâtre ce soir, un journal le soir attendu pour les images, il y eut une seconde chaîne de même qualité,, qui deviendra colorée, c’était mieux avant

A suivre, J.Gonet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article