Mort du centre ville et resurection ?

Publié le par Jack GONET

Trente quatre commerces autour de la place de l’hôtel de ville dans les années cinquante,

Pour un peu moins de cinq milles habitants à Méru, combien sont-ils maintenant? Alors qu’on nous promet vingt mille habitants pour bientôt. Il est vrai que dame « grande distribution », un mal nécessaire, clame-ton, le progrès, est passé par Méru, C’était quand même mieux avant, n’est-ce pas. Il faut vivre avec son temps nous dit-on. Qu’en est-il du dialogue avec le commerçant, de ses conseils pour la cuisson d’une viande, du choix du vin qui se marie bien avec, quand on prenait son temps pour faire le marché et les courses ?

A cette époque pas besoin d’une automobile, et des nuisances qui en découlent, pollution, parkings partout, rues encombrées, c’était le mieux vivre avant. Quelques boutiques se sont ouvertes, d’abord un boucher bien courageux et qui offre de la bonne qualité, les amateurs gastronomes ne s’y sont pas trompés à voir les chalands qui fréquente sa boutique, un photographe, qui à quitté la galerie de la grande surface, un distributeur de pièces automobile et aussi quelques kebab et pizzerias à la vie bien éphémère.

Quelques photos d’avant et de maintenant :

Mort du centre ville et resurection ?
Mort du centre ville et resurection ?
Mort du centre ville et resurection ?
Mort du centre ville et resurection ?
Mort du centre ville et resurection ?
Mort du centre ville et resurection ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article