Petite merveille de notre patrimoine l'orgue de l'eglise

Publié le par Jack GONET

L’église de Méru, consacrée à saint Lucien est actuellement, pour ce qui est de l’intérieur, en cours de rénovation, du temps, les outrages sont ici réparables. Je me suis intéressé aux précautions prises pour la protection de l’orgue, on m’a précisé que celui ci a été restauré il y a quelques années, et qu’il était protégé par un coffrage. J’ai contacté le facteur, qui a eu cette tache, Jean Jacques Mounier, maître artisan à Francheville dans l’Eure, il m’a envoyé bon nombre de renseignements ce qui m’a permis d’écrire cet article.

D’après lui très bel orgue fini de construire en 1900 par les frères Adrien et Salomon Van Bever, ce dernier fut apprenti chez Cavaillé-Coll à Paris, ce qui affirme de la qualité de la fabrication, les Van Bever étaient facteurs d’orgue à Lacken en Belgique et à Amiens. Le buffet est de facture contemporaine, en façade trois rangées de 7 tuyaux, deux claviers plus un pédalier et douze jeux.

Cet instrument à été offert à la paroisse par madame de Dreux, née Camille Ferry, peut-être pour rendre hommage à Ferry d’Aumont seigneur de Méru au XVième siècle, dont le tombeau est situé au bout du collatéral droit et qui est orné d’un groupe polychrome de personnages grandeur nature représentant la passion.

L’orgue figure dans l’inventaire établi au moment de la séparation des biens de l’église et de l’état et signé par le maire de l'époque, Louis Deshayes. A la suite de ce décret, les frères van Bever quittèrent Amiens en raison du manque de commandes françaises et continuèrent leur production en Belgique à Laeken.

L’orgue, pendant les offices religieux était tenu par madame Rouquet, maman de Pierre Rouquet, métreur vérificateur de son métier, mais aussi sapeur pompier, membre de la croix rouge et responsable de la défense passive durant la dernière guerre. Succéda à madame Rouquet, Pierre Barbier artisan peintre à Méru, qui était aussi pianiste dans l’orchestre Robert qui anima les bals du samedi soir, à l’époque ou certains perturbateurs ne gâchaient pas ces nuits de plaisir. Madame Prouny professeur de piano lui succéda un certain temps avant que la musique en conserve, tellement facile à diffuser, eut la faveur des officiants. D’après les derniers inventaires, le ventilateur qui alimentait l’instrument en air était débranché, il fallait un aide pour pomper derrière le buffet.

Orgue

Orgue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article