Le traitement du chômage dans les années 1930

Publié le par Jack GONET

construction de la piscine municipale,avec pour main d'oeuvre les chômeurs méruvierns

construction de la piscine municipale,avec pour main d'oeuvre les chômeurs méruvierns

En 1934 dans notre région sévissait une grave crise du chômage, les élus de la municipalité socialiste avaient obtenu l’autorisation de construire une piscine municipale, qui vient d’être démolie sans autre forme de procès, « Il y avait dans cette œuvre un double but :

1°) d’employer un certain nombre de chômeurs

2°) de doter la population d’un établissement lui permettant de se livrer à la natation.

N’oubliez pas qu’il s’agit là, en même temps d’une oeuvre de vie, car nombreux sont ceux qui périssent dans les noyades et nombreux sont actuellement et les grandes personnes qui ont appris à nager dans la piscine de méru. » Ces lignes sont extraites du Bulletin municipal de Mars 1936.

En 1935les élus ont obtenu, par leur ténacité de faire exécuter des travaux importants aux anciens Hospices, qui ont été aménagés en salles de sociétés,, aux écoles Voltaire, à la mairie, et aussi de construire une petite piscine pour les bébés, qui ainsi, avec la piscine te les bains-douches un établissement complet que beaucoup de grandes villes n’ont pas l’honneur de posséder.

Comme toute municipalité ouvrière, celle de Méru n’ont pas voulu exploiter leur misère puisque tous les chômeurs, quelque soit leur corporation ont reçu un salaire de 25 F par jour. Ils ont été récompensés de leur travail par des primes qui leur ont été versées en fin de travaux.

Une caisse de chômage partiel, fut crée pour ceux qui ne travaillent que 2 ou 3 jours par semaine.

En cette époque pas de pôle emploi ni ASSEDIC, ce qui diminuait les coûts, l’emploi permit la réalisation de nombreux travaux, et rendit leur dignité à ces personne qui supportait mal d’être assistés, les temps ont changé.

En 1935 la municipalité décide d’organiser un référendum pour associer la population à cette décision, la construction aurait aussi l’avantage d’employer des chômeurs La population ayant voté non, le vélodrome ne sera pas construit et les chômeurs seront indemnisés par la commune

JackGONET

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article