Première radio libre à Méru

Publié le par Jack GONET

Le 9 Novembre 1981, le gouvernement Mitterrand abandonne le monopole de l’état pour l’utilisation des ondes radio, et autorise la création des radios libres, anciennement radios pirates et interdites.

Au cours d’une visite dans une fête populaire, je trouve une notice technique pour la construction d’un émetteur radio sur la bande FM, j’ai toujours été passionné par l’électronique ,j’en ai fait mon métier. Je tente l’aventure de construire cet émetteur, avec du matériel de récupération et des composants spécifiques, je construis l’engin, le résultat est satisfaisant et l’écoute est confortable à Méru et aux alentours.

Membre du bureau de la M.J.C, je propose la création d’une petite station locale, MERU-FM est née : une heure d’information et de musique le soir, avant le journal télévisé, l’auditoire se forme. Deux jeunes méruviens proposent une heure par semaine « key board » une chronique de musique pop et rock and roll.

La bande FM est envahie, les radios plus au moins fantasques se multiplient, un règlement pour assagir cette bande est établi. Nous faisons une demande pour régulariser cette petite station mais cette demande est rejetée : la puissance est limitée, mon émetteur ne fait que quelques watts, l’émission doit durer au moins douze heures... Cela nous est impossible, nous capitulons d’autant plus que lycée professionnel de Méru met en place une radio, le directeur nous propose de travailler avec eux, refus de notre part, le temps manquerait à nos animateurs et leur programme ne nous convient pas

MÉRU-FM cesse son activité, un bon souvenir !

Mon émetteur FM

Mon émetteur FM

60 ans avant, mon oncle était déjà précurseur de l'usage de la radiodiffusion :

"M. Paul Parigny, électricien, route d’Andeville a invité, jeudi soir Monsieur le Maire, la presse et plusieurs personnes pour leur faire une démonstration du fonctionnement des appareils qu’il installe et dont on parle tant aujourd’hui, appareils avec lesquels on peut écouter les auditions et prévisions du temps, donnés chaque jour à la tour Eiffel. La démonstration a fort intéressé les personnes présentes qui ont entendu comme dans un bon phonographe, des solistes de violon et de piano, et les pronostics du temps pour le lendemain. Cinq pavillons adaptés aux fils récepteurs diffusent les paroles et les sons par télégraphie sans fils. Cette démonstration eut lieu dans la salle de l’hôtel du Lion d’or. L’antenne (les fils qui vont chercher les vibrations amenées par les ondes), était accrochée à la lucarne du clocher."

Extrait du journal de Méru de Léon Collier, de Juin 1922

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article